04/07/2010

de la lumière aux ténèbres

2893764915_small_1.jpg



La vie semble s'évanouir

 

Dérivant plus loin chaque jour

 

Je me perds en moi-même

 

Rien ni personne n'a d'importance

 

J'ai perdu le goût de vivre

 

Je n'ai plus rien à donner

 

Ni plus rien à espérer

 

 

 

Les choses ne sont plus ce qu'elles étaient

 

J'ai perdu quelqu'un au fond de moi

 

Mortellement désemparé, ça ne peut être vrai

 

Je ne supporte pas cet enfer que je ressens

 

 

 

Submergé par le néant,

 

Au comble de l'agonie

 

D'épaisses ténèbres s'emparent de l'aube

 

Celui que j'étais s'en est allé.

 

 

 

Je suis le seul à pouvoir me sauver, mais il est trop tard

 

Maintenant je ne vois pas, à quoi bon, ne serait-ce qu'essayer

 

Il semble qu'hier n'ait jamais vraiment existé

 

La mort me tend les bras, il ne me reste plus qu'à faire mes adieux

13:25 Publié dans dark | Commentaires (2) | Tags : poeme, tenebre, dark, suicide, mort, death

17/10/2009

au revoir...


decoration

Je ne connaissant pas le sens de la tristesse

Je n’ai jamais ressenti les larmes coulé sur ma peau

Mais quand j’ai vu la douleur sur son visage

C’est là que j’ai compris

Que la douleur rimait avec malheur

À ce moment je ne savais pas quoi faire

J’ai juste prononcé le mot « désolé »

Pourquoi ce mot est sorti alors que je n’avais rien fait

J’étais juste là à esseyé de la consolé

Essayer de lui remonter le morale mais en vain

J’ai posé ma main sur son épaule

Elle a posé sa main tremblante sur la mienne

Elle ma dit d’une voix tremblotante « merci »

Je regarde autour de moi et je ne vois que des visages fermés

Personne ne sourit et on entend même un bébé qui pleure

Une chanson douce triste vient combler cette ambiance si pesante déjà

Pour couronner le tout on sort sous une pluie battante

On arrive à cet endroit que tout le monde un jour côtoiera

On est sensé faire nos adieux mais pourquoi ?

La mort n’est-elle pas le commencement ?

Mais si c’est vraiment le commencement alors pourquoi on souffre tant ?

Pourquoi on n’est pas joyeux d’apprendre que la vie commence ?

Les jours et les mois passent mais je souffre toujours de ce manque

Je croyais te connaitre mais finalement je ne te connaissais pas assez

Je t’en veux pour être parti ainsi. Je t’en veux pour ton égoïsme dont tu as fait preuve

Mais au final je ne serai jamais te détester car tu es et tu resteras une amie précieuse

J’espère que là où tu es mes pensées te parviennent

J’espère que là où tu es tu te sens bien et « tu vis »

Tôt ou tard on se retrouvera qui sait

J’espère que je retrouverai ce visage si angélique qui me donnait envie de sourire

Je souri encore mais j’ai l’impression que ce n’est pas un sourire sincère

J’ai perdu quelque chose, la joie et la bonne humeur dont tu faisais preuve

J’ai perdu quelqu’un, une fille énergique et si joyeuse qui donnait envie de vivre

J’ai perdu une amie, une personne de confiance à qui on pouvait tout dire

Je t’ai perdu toi, une amie, une confidente, une sœur que je n’ai pas eu

Je voudrais juste te dire que tu auras toujours une place dans mon cœur

Je ne te dirais pas « adieu » mais juste « au revoir à la prochaine »

Je sais que ce « à la prochaine » peut être long

Mais il arrivera un jour où la enfin je pourrais te dire « bonjour ».

 

***de moi***

 

 


01:57 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : tristesse, mort, suicide, moi, texte

13/10/2009

Melissa tu me manques!!!!

 

decoration
Un secret bien gardé au font de son coeur


Une douleur très forte qui resurgit chaque année au même moment


des questions qui sont restées sans réponse


une envie de faire la même chose que cette personne
pourquoi? Et pourquoi pas !


Ça fait déjà 6 ans... 6 ans que je cache ce secret


6 ans que je ne peux le dire aux autres sauf à toi
mais tu n'es plus...


ce jour-là quand je t'ai vu... quand j'ai vu ce que tu avais fait...

mon sang c'est glacé ma respiration c'est accéléré et au final je n'avais qu'une chose en tête: "pourquoi? Pourquoi ?Pourquoi ?Pourquoi ?Pour...."

Sans cesse cette question qui revient à l'assaut comme si c'était une question existentielle...

tu as laissé des gens autour de toi... tu m'as laissé moi...

je ne t'en veux pas  si tu l'as fait c'est que tu avais de bonne raison. Mais pourquoi ne pas en avoir parlé?

On croit que ça n'arrive qu'aux autres et une fois que ça vous arrive on se retrouve comme démunie de tout moyen et c'est là qu'on prend conscience que finalement qu'on n'est rien!

Je sais que je ne trouverai jamais de réponses sur le pourquoi de ton acte.

Je sais que chaque année à cette période je ressentirai encore et encore cette douleur ce manque et cette envie de venir te voir là où tu es!

La veille tu me disais encore qu'on était les meilleurs amis... pourquoi alors ne pas venir vers moi avant de faire ça? Est-ce que finalement j'étais ton ami?

Je m'en veux d'une part, mais je sais que je ne peux m'en vouloir davantage.

Mais dans ces cas-là les amis en prennent toujours un coup et se sentent toujours responsables de ne pas l'avoir vu, de ne pas être venu à ton secours...

ta flamme cette éteinte, la mienne vacille comme si la brise n'était pas assez forte pour l'éteindre ni assez forte pour la raviver...

parfois j'ai peur de faire comme toi et parfois je me dis que se serrait peut-être la solution.

Je n'en parle jamais autour de moi... peut-être que finalement je suis comme toi.

Je me cache derrière un masque joyeux comme si tout allait bien...

je ne sais pas trop pourquoi j'écris ce texte. En 6 ans je n'en ai jamais parlé ni même écrit.

Peut-être est-ce un appel à l'aide? Peut-être juste une envie de dire ce que je ressens au fond de moi? Peut-être, te dire que tu étais "con" de faire ça?

Peut-être pour dire que finalement tu n'étais peut-être pas si "con" que ça?

Je ne sais pas exactement mais je sais que ça me fait du bien.

Ce que je peux te dire (même si j'ai peur que tu ne m'entendras pas) c'est que tu étais une personne très importante pour moi même si maintenant je dois en parler au passé.

j'aurais aimé en parler au présent et même au futur, mais c'est impossible.

Destinée? Fatalité ? Je ne pense pas juste un acte de détresse... juste l'acte de trop qui au final ta peut-être délivrée.

Je t'adore ma chérie et tu resteras toujours dans mon coeur comme une précieuse amie.

 

*** de moi, de ton "m'chou" alias Éric***

 

(À Melissa 1986-2003)


02:17 Publié dans Amour | Commentaires (0) | Tags : tristesse, amour, suicide, amie, mort

20/05/2009

aimer tue


in-love-and-death

J'aimerais te dire que je t'aime
J'aimerais te dire que sans toi ma vie n'est plus la même
J'aimerais te dire que tu as emporté mon sourire
J'aimerais te dire que tu m'as fait souffrir
J'aimerais te dire que tu m'as fait saigné
J'aimerais te dire que tu m'as tué

20:13 Publié dans Amour | Commentaires (0) | Tags : amour, dark, suicide

...

decoration

Je les regarde comme des trésors
Je me demande
Combien de temps je tiendrais à les regarder.
Sans pouvoir les toucher.
Je me demande combien de temps
Je pourrais honorer ma promesse.
Pas longtemps je le crains.
Chaque jour je me rapproche un peu plus d’elles
Chaque jour je les caresse et je résiste à mes envies.
Pas pour me protéger moi mais pour la protéger elle.
Mon amie si fidèle a qui je n’aime pas mentir
Alors rien que pour elle je me retiens de le faire
Trancher à coup de lames
Ces veines qui me gênent…. !

 

***pas de moi mais de maude**

20:11 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : suicide, mutilation

03/12/2006

ne pas mourir pour vous...

 

ert

 

la mort m’attire
la vie me fuit
je me sent comme attirer
tout au fond de se puit

un gigantesque trou noir
une sortie sans espoir
mai d’un coté
je veut y allez

mai d’un autre
lorsque j’y pence
l’idée d’y allez
ne me fait pas envier
je ne veut pas creuver
pour vous faire souffrir...

18:33 Publié dans dark | Commentaires (2) | Tags : mort, suicide, tristesse

la baignoire

467021250_small

 

pourquoi dois je vivre
je n’ais jamais rien demander de pareil
pourquoi aurais je demander a souffrir
je plaint les immortel
car moi a 14ans
j’en ai deja mare
cela se passa...
...quand ma mort arriva...
"...un jour ou j’allais coulé un bain
je ne remplis pas la baignoir...
...pour que mon sang s’en occupe
lorsqu’il etait pres
j’etegni la lumiere pour ne pas voir le massacre
je pris un rasoir d’un air decidé
et je m’egorgeais de facon a crever
pour la premierer et derniere foi de ma vie
un sourir sur mon visage mort s’eclaircit..."

18:29 Publié dans dark | Commentaires (6) | Tags : sang, mort, suicide, automutilation

17/09/2006

la corde

Parfois la corde est-elle préférable?
On dit souvent que pour se suicider il faut avoir énormément de courage... mais non, le suicide est la voie de secours que malheureusement beaucoup de gens empruntent quand le puit noir et profond leur est insupportable , et c'est une voie de secours sans billet de retour....

Ces gens avaient besoin d'aide, personne ne les a compris, ou si quelqu'un avait compris l'esprit de cette personne en détresse, peut etre que le mal dont souffrait son âme était beaucoup trop grave et qu'elle ne pouvait tout simplement plus le supporter...

16:45 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : texte, suicide

05/09/2006

pourquoi elle est partie?

 

Elle sent tout son sang qui coule
Et elle ça la réjouit
Elle oublie tout, se saoule
Parce que la vie est pourrie

Elle devrait penser à sa famille, ses amis
Mais c’est plus fort qu’elle
Pour elle tout ça c’est pas une vie
Elle ne se sent pas belle

Elle n’a jamais eu de chance
Sauf avec la malchance
Elle a trop de complexes
Et ne peut plus vivre avec

Elle veut vivre sa vie
Et ne plus aller voir son psy
Elle devrait être heureuse
Mais elle est malheureuse

Elle devrait s’éclater
Mais elle a décidée de se taillader
Pour oublier ses soucis
C’est le moyen qu’elle a prit

Parce qu’elle déteste sa vie
Elle veut donc tout oublier
Mais aussi qu’on l’oublie
Ensuite elle pourra recommencer

Elle se sent incomprise
Et les gens croient
Que dans sa bizarrerie elle s’enlise
En rien elle n’a plus foie

Elle se sent différente des autres
Et n’ose plus se regarder en face
Ne se reconnaît plus se sent tout autre
Ne veut pas voir la vérité en face

Elle veut avoir la paix
Mais ses parents ne la laisse jamais
Elle ne peut jamais rien faire
Sans les avoir derrière

Elle veut oublier sa souffrance
Qu’elle puisse avoir confiance
Elle voudrait trouver l’amour
Elle voudrait faire l'amour

Elle veut arrêter de pleurer
Elle veut arrêter de déprimer
Elle veut être aimer
Elle veut tout oublier

Elle n’aime pas son apparence
Car les gens ne voie que ça
Elle est pleine de méfiance
Et en à marre de tout ça

Elle sera passée par tout
Sans être vraiment guérie
Grâce à ça elle oublie tout
Elle ne veut plus de cette vie

Les gens pensent
Qu’elle a peur de grandir
Faux c’est ce qu’elle en pense
Mais à beau leur dire

Ils n’en font qu’à leur tête
Et la croie un peu bête
Pour se débrouiller seule
Alors ils l’engueulent

Dès qu’elle fait quelque chose
C’est nul, c’est mal
Dès qu’elle dit quelque chose
C’est nul, c’est mal

Alors elle se refuge
Toujours aussi seule
Toujours aussi seule
Ne voulant pas qu’on la juge
Ne voulant pas rester seule

Trop peur pour se confier
Elle a apprit à tout garder
Elle n’a jamais rien dit
N’a jamais eu sa meilleure amie

Elle veut souffrir
On voit son sourire
Lorsqu’elle voit son sang
Qui coule la refroidissant

Elle veut refouler sa tristesse
Mais les larmes coulent sans cesse
Ainsi elle se rend compte
Que la vie n'est pas un conte

Ne voulant être un fardeau
Sa mère la traite de martyre
Elle veut mette sa tête sou l’eau
Et attendre qu’elle ne respire

Elle voudrait trouver une solution
Autre et meilleure que la mutilation
Pour qu’enfin tous ses plus grands soucis
Disparaissent à jamais dans l’oubli

Elle veut arrêter tous ces cris
Pour pouvoir profiter de la vie
Elle veut tout arrêter
Elle veut se tuer

la fin

Agrenouillée, fondant en larme devant mon destin

Une arme à la main
Criant milles mots sortant de mon passé
Mes yeux ébouriffés de mes larmes séchées
Ma main tremblante de détresse
Mes pleurs choquants effrayés
Mon poignard prêt à effacer ma tristesse
Je cherche une issue pour m'évader
 
Veillant sur mes gestes maladroits
Autour de moi tout est chaos, tout est pitié
La mort m'attend. Pourquoi pas?
Que reste-t-il pour m'en empêcher?
 
Ce soir c'est vraiment dure
La tention est bien trop forte
Et la tritesse accumulée dans ces murs
Étouffe mon coeur
 
Ma peau devient transparente
Mes bras lacérés de lignes bleues
Mais ma main reste tremblante
Et les larmes inondent mes yeux
 
Des tas de questions m'assaillent
Mais bientôt je t'entendrais plus rien
Mais je ne supporte plus cette bataille
Elle ne m'avance plus à rien
 
Que pensera t'on de moi?
Un être égoïste sans aucune morale
Ou un perdant sans confiance en soi?
En ce moment ça m'est bien égal

20:46 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : suicide, texte, mort

mutilation ensuite suicide...

 

Je t'avais prevenue
De ne pas essayer
Mais tu na pas voulue
M'ecouter
Alors tu as essayer...
Quelque cicatrisent sur le bras
Et ton sang coulait
Sa ne te ressemblais pas
Et pourtant tu la fais..
Tu as perdus ta joies et tes amies
Il ne te restait plus que moi
Mais tu as quand meme voulue partir d'ici
Allez la bas...
Aujourd'hui peut etre,tu es au paradis

20:42 Publié dans dark | Commentaires (1) | Tags : mutilation, suicide, texte

24/08/2006

sr l'herbe verte...

 

Je suis allongé, tranquille, dans l'herbe.

Ce pré est parfait pour y réfléchir...

La nuit est tombé déjà depuis longtemps,

je regarde le ciel étoilée, je le fixe.

J'ai fait des choses que mes proches

me reprocherons très certainement.

Mais eux, ils m'ont aussi fait du mal....

Mais je les pardonne, je ne leur en veux pas.

J'espère qu'à leur tour ils me pardonneront.

Ça y est, la rosée se pose sur l'herbe,

transformant la prairie en une mer d'étoile.

Et je suis au milieu de cette mer...

no ! Je fais parties de ce firmament étoilé !

Car la rosée peut aussi se déposer

sur mon corps froids, les poignets ouvert...

 

12:30 Publié dans dark | Commentaires (3) | Tags : mutilation, suicide, texte

20/08/2006

la fin...

Sombre dessein que le tien
Une flamme qui s'éteint
A vouloir tout en main
Tu vis seulement ta fin

Obscure âme en mal
Une vie qui s'empale
Un regard au couleur
D'un jet de douleur

Présence oubliée
Par un triste passé
Naît en toi colère
Étouffante atmosphère

Abnégation de ta voix
Au profit d'un choix
Irritation malsaine
Au coin de la haine

Espoir en proie voilé
De toute cette austérité
Résulte l'exaltation
D'une peine émotion

Enghien, 24 décembre
S'abattent mille cendres
D'anges descendus
D'un paradis perdu

Et toi d'un geste précis
Tu mets fin à cette folie
Expire ta beauté déchirée
Par une lame corrompue

** de ma tit choupe***

14:10 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : texte, suicide, sang

plus d'amour..la solution...la lame...

Existant depuis très longtemps
Ce propagent a la vitesse du temps
Ce phénomene nommé l'amour
Ne fais que blesser tour a tour
Coeur brisé âme déchiré
La mort a la peau
Désire un couteau
afin d'apaiser
le chagrin accumulé

Partir c'est ce qu'elle désir
En finir pour de bon
Sachant que ce n'est pas le meilleur solution
Couteau et sang font partis de sa vie
Sa vie étais un gâchis
Elle n'avais pas d'amie
Pauvre petite mélodie
Loin d'ici elle est partie,
Au paradis elle vit

Entouré d'ange
Plus rien ne la dérange
Libéré c'est se qu'elle avais tant désiré

**de angel14**

14:06 Publié dans dark | Commentaires (6) | Tags : suicide, mort, mutilation, texte

le suicide!

Si vous vous sentez suicidaire, arrêtez-vous pour lire ce qui suit. Cela ne vous prendra que cinq minutes. Je ne veux pas vous dissuader de la réalité de votre souffrance. Je ne vous parlerai ici que comme quelqu'un qui sait ce que souffrir veut dire.
Je ne sais pas qui vous êtes, ni pourquoi vous lisez cette page. Je sais seulement qu'en ce moment, vous la lisez, et c'est déjà une bonne chose. Je peux supposer que vous êtes ici parce que vous souffrez et que vous pensez à mettre fin à votre vie. Si cela était possible, je préférerais être avec vous en ce moment, m'asseoir avec vous et parler, face à face et coeur ouvert. Mais puisque ce n'est pas possible, faisons-le par la biais de cette page.

J'ai connu un certain nombre de personnes qui voulaient se tuer. J'ai moi-même été dans ce cas. J'ai donc idée de ce que vous pouvez sentir. Je sais que vous n'êtes pas capable de lire un gros livre, alors je vais faire court. Pendant que nous sommes ici ensemble pour les cinq prochaines minutes, j'ai cinq choses simples, pratiques, à vous dire et que j'aimerais partager avec vous. Je ne discuterai pas de savoir si vous devriez vous tuer ou pas. Je pense juste que si vous y pensez, vous devez vraiment souffrir.

Bien, vous lisez encore ce texte, et c'est très bon. J'aimerais vous demander de rester avec moi jusqu'à la fin de cette page. J'espère que cela veut dire que vous êtes au moins un peu incertain, au fond, quelque part à l'intérieur de vous, de savoir si oui ou non vous allez vraiment mettre fin à votre vie. On ressent souvent cela, même dans l'obscurité la plus profonde de désespoir. Etre dans le doute concernant sa mort, c'est normal. Le fait que vous êtes encore vivant à cette minute signifie que vous êtes encore un peu incertain. Cela veut dire que pendant que vous voulez mourir, au même moment, une partie de vous-même veut continuer à vivre. Tenons-nous à cela, et continuons quelques minutes de plus.


Commencez par penser à cette phrase :


"Le suicide n'est pas un choix, on y est conduit quand la douleur dépasse les ressources qui permettent d'y faire face."
Dans le suicide, il ne s'agit que de cela. Vous n'êtes pas une personne haïssable, ou folle, ou faible, ou incapable, parce que vous vous sentez suicidaire. Avoir des idées noires ne veut même pas dire que vous voulez vraiment mourir - cela veut juste dire que vous avez plus de douleur que de ressources pour la prendre en charge maintenant. Si j'empile des poids sur vos épaules, vous vous écroulerez au bout d'un moment si j'ajoute suffisamment de poids... quelle que soit votre volonté de rester debout. (C'est pourquoi il est si inutile que les gens vous disent : "debout, garde le moral!" - vous le feriez, évidemment, si vous le pouviez.)

N'acceptez pas que quelqu'un vous dise, "il n'y a pas de quoi être suicidaire pour cela." Il y a différentes sortes de souffrances qui peuvent mener au suicide. Qu'une douleur soit supportable ou non diffère d'une personne à une autre. Ce qui peut être supportable pour quelqu'un peut ne pas l'être pour vous. La limite où la douleur devient insupportable dépend du genre de ressources dont vous disposez. Les individus sont très différents dans leur capacité à supporter la douleur.

Quand la douleur dépasse les ressources qui permettent d'y faire face, le résultat, ce sont des pensées suicidaires, des "idées noires". Le suicide n'est alors ni faux ni vrai; ce n'est pas un défaut de caractère; il n'y a pas à le juger moralement. C'est simplement un déséquilibre de la douleur par rapport aux ressources qui permettent de les affronter.

Vous pouvez survivre à des sentiments suicidaires si vous faites l'une ou l'autre de ces deux choses:
(1) Trouver un moyen pour réduire la douleur,
ou
(2) Trouver un moyen pour augmenter vos ressources pour y faire face.
Ou les deux à la fois.

Voici les cinq choses à prendre en considération dont je vous parlais tout à l'heure.
1 La première chose que vous avez besoin d'entendre, c'est de savoir qu'on s'en sort. Des personnes qui souffraient autant que vous en ce moment, s'en sont sorties. Vous avez donc de très fortes chances de vous en sortir. J'espère que cette information peut vous donner un peu d'espoir.
2 La deuxième chose que je veux vous suggérer est de vous donner du recul. Dites-vous, "j'attendrai 24 heures avant de faire quoi que ce soit." Ou une semaine. Souvenez-vous que sensations et actions sont deux choses différentes - que vous ayez le sentiment de vouloir vous tuer, ne signifie pas que vous devez le faire maintenant. Mettez du recul entre vos sensations suicidaires et un passage à l'acte. Même si ce n'est que 24 heures. Vous en avez été capables 5 minutes en lisant cette page. Vous pouvez le faire encore 5 minutes en continuant à la lire. Continuez et prenez conscience du fait qu'alors que vous vous sentez encore suicidaire, vous n'êtes pas, en ce moment, en train d'agir en ce sens. C'est très encourageant pour moi, et j'espère que cela l'est pour vous.
3 La troisième chose est ceci: on pense souvent au suicide pour trouver un soulagement à sa douleur. On ne veut pas mourir mais arrêter de souffrir. Souvenez-vous que le soulagement est une sensation. Et vous devez être vivant pour la ressentir. Vous ne sentirez pas le soulagement que vous cherchez si désespérément, si vous êtes mort.
4 La quatrième chose est ceci: certains réagiront mal à vos sentiments suicidaires, parce qu'ils sont effrayés ou en colère; ces personnes peuvent même augmenter votre douleur au lieu de vous aider, en dépit de leurs intentions, en disant ou faisant des choses irréfléchies. Vous devez comprendre que leurs réactions négatives ont à voir avec leurs propres peurs, pas avec vous.
Mais il y a aussi des personnes qui peuvent être avec vous pendant ces moments si difficiles. Ils ne vous jugeront pas, ne chercheront pas à vous contredire. Ils feront simplement attention à vous. Trouvez-en une. Maintenant. Utilisez vos 24 heures, ou votre semaine, et dites à quelqu'un ce qui se passe pour vous. Il est normal de pouvoir un jour demander de l'aide. Appelez une ligne d'écoute spécialisée (SOS Suicide Phénix, SOS amitié, appelez un centre spécialisé près de vous, ou regardez dans l'annuaire), appelez un psychothérapeute (psychanalyste, psychologue, psychiatre), quelqu'un qui est capable de vous écouter. Mais surtout ne portez pas le fardeau supplémentaire d'essayer de vous charger de cela seul. Juste parler de ce qui vous a conduit là peut vous enlever une grosse part de la pression qui vous pèse, et c'est peut-être juste la ressource supplémentaire dont vous avez besoin pour retrouver l'équilibre.

5 La dernière chose que je veux que vous sachiez maintenant est ceci: les sensations suicidaires sont, dans et par elles-mêmes, traumatisantes. Après leur disparition, vous avez besoin de continuer à prendre soin de vous. Commencer une thérapie est vraiment une bonne idée.
Bien. il s'est écoulé quelques minutes et vous êtes encore avec moi. J'en suis vraiment heureux.

Puisque vous avez été jusqu'ici, vous méritez un cadeau. Je pense que vous devriez vous récompenser en vous donnant une portion de ressources supplémentaires pour affronter la douleur . Souvenez-vous, plus haut vers le début de la page, j'ai dit que l'idée est de s'assurer d'avoir plus de ressources que de douleur. Alors donnez-vous en une supplémentaire, ou deux, ou dix...! jusqu'à ce qu'elles surpassent vos sources de douleur.

Maintenant, si cette page a pu vous apporter un quelconque soulagement, la meilleure et la plus grande ressource que vous pouvez trouver, c'est quelqu'un a qui parler. Si vous trouvez quelqu'un qui veut écouter, et si vous lui dites comment vous vous sentez et comment vous en êtes arrivé là, vous aurez vraiment augmenté vos ressources. Heureusement, la première personne que vous choissirez ne sera pas la dernière. Il y a beaucoup de gens qui aimeraient entendre ce qu'il en est pour vous. Il est temps de commencer à en chercher une autour de vous.

Et maintenant, j'aimerais que vous appeliez quelqu'un.

14:04 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : suicide, texte