17/10/2009

au revoir...


decoration

Je ne connaissant pas le sens de la tristesse

Je n’ai jamais ressenti les larmes coulé sur ma peau

Mais quand j’ai vu la douleur sur son visage

C’est là que j’ai compris

Que la douleur rimait avec malheur

À ce moment je ne savais pas quoi faire

J’ai juste prononcé le mot « désolé »

Pourquoi ce mot est sorti alors que je n’avais rien fait

J’étais juste là à esseyé de la consolé

Essayer de lui remonter le morale mais en vain

J’ai posé ma main sur son épaule

Elle a posé sa main tremblante sur la mienne

Elle ma dit d’une voix tremblotante « merci »

Je regarde autour de moi et je ne vois que des visages fermés

Personne ne sourit et on entend même un bébé qui pleure

Une chanson douce triste vient combler cette ambiance si pesante déjà

Pour couronner le tout on sort sous une pluie battante

On arrive à cet endroit que tout le monde un jour côtoiera

On est sensé faire nos adieux mais pourquoi ?

La mort n’est-elle pas le commencement ?

Mais si c’est vraiment le commencement alors pourquoi on souffre tant ?

Pourquoi on n’est pas joyeux d’apprendre que la vie commence ?

Les jours et les mois passent mais je souffre toujours de ce manque

Je croyais te connaitre mais finalement je ne te connaissais pas assez

Je t’en veux pour être parti ainsi. Je t’en veux pour ton égoïsme dont tu as fait preuve

Mais au final je ne serai jamais te détester car tu es et tu resteras une amie précieuse

J’espère que là où tu es mes pensées te parviennent

J’espère que là où tu es tu te sens bien et « tu vis »

Tôt ou tard on se retrouvera qui sait

J’espère que je retrouverai ce visage si angélique qui me donnait envie de sourire

Je souri encore mais j’ai l’impression que ce n’est pas un sourire sincère

J’ai perdu quelque chose, la joie et la bonne humeur dont tu faisais preuve

J’ai perdu quelqu’un, une fille énergique et si joyeuse qui donnait envie de vivre

J’ai perdu une amie, une personne de confiance à qui on pouvait tout dire

Je t’ai perdu toi, une amie, une confidente, une sœur que je n’ai pas eu

Je voudrais juste te dire que tu auras toujours une place dans mon cœur

Je ne te dirais pas « adieu » mais juste « au revoir à la prochaine »

Je sais que ce « à la prochaine » peut être long

Mais il arrivera un jour où la enfin je pourrais te dire « bonjour ».

 

***de moi***

 

 


01:57 Publié dans dark | Commentaires (0) | Tags : tristesse, mort, suicide, moi, texte

14/10/2009

mon bonheur dépend de vous

1010676062_small

decoration

decoration

je suis heureux

j'ai le bonheur

j'ai vu presque tous mes rêves se réalisés

j'ai une vie complète un coeur complet

pourtant comment je pourrais être vraiment heureux?

si tout ceux que j'aime plus que moi même sont malheureux

comment dire cela si tu es triste

comment dire cela si elle a le coeur brisé

mais je m'en fous de mon bien être si toi tu ne l'a pas

je vis le bonheur eux ils vivent un malheur

si seulement ça pouvait être l'inverse

j'aurai pu avoir le bonheur véritable si j'étais né avec un coeur egoïste

j'aurai pua voir le bonheur véritable si j'étais né avec un coeur insensible

si verser encore plus de larmes

cela aurait soulager vos douleurs

si verser mon sang

cela aurait soulager la douleur de ton coeur

alors je l'aurai fait volontier et depuis longtemps


**de "la vie" **


15:06 Publié dans Amour | Commentaires (0) | Tags : sang, amour, tristesse, vie, joie, mourir

13/10/2009

Melissa tu me manques!!!!

 

decoration
Un secret bien gardé au font de son coeur


Une douleur très forte qui resurgit chaque année au même moment


des questions qui sont restées sans réponse


une envie de faire la même chose que cette personne
pourquoi? Et pourquoi pas !


Ça fait déjà 6 ans... 6 ans que je cache ce secret


6 ans que je ne peux le dire aux autres sauf à toi
mais tu n'es plus...


ce jour-là quand je t'ai vu... quand j'ai vu ce que tu avais fait...

mon sang c'est glacé ma respiration c'est accéléré et au final je n'avais qu'une chose en tête: "pourquoi? Pourquoi ?Pourquoi ?Pourquoi ?Pour...."

Sans cesse cette question qui revient à l'assaut comme si c'était une question existentielle...

tu as laissé des gens autour de toi... tu m'as laissé moi...

je ne t'en veux pas  si tu l'as fait c'est que tu avais de bonne raison. Mais pourquoi ne pas en avoir parlé?

On croit que ça n'arrive qu'aux autres et une fois que ça vous arrive on se retrouve comme démunie de tout moyen et c'est là qu'on prend conscience que finalement qu'on n'est rien!

Je sais que je ne trouverai jamais de réponses sur le pourquoi de ton acte.

Je sais que chaque année à cette période je ressentirai encore et encore cette douleur ce manque et cette envie de venir te voir là où tu es!

La veille tu me disais encore qu'on était les meilleurs amis... pourquoi alors ne pas venir vers moi avant de faire ça? Est-ce que finalement j'étais ton ami?

Je m'en veux d'une part, mais je sais que je ne peux m'en vouloir davantage.

Mais dans ces cas-là les amis en prennent toujours un coup et se sentent toujours responsables de ne pas l'avoir vu, de ne pas être venu à ton secours...

ta flamme cette éteinte, la mienne vacille comme si la brise n'était pas assez forte pour l'éteindre ni assez forte pour la raviver...

parfois j'ai peur de faire comme toi et parfois je me dis que se serrait peut-être la solution.

Je n'en parle jamais autour de moi... peut-être que finalement je suis comme toi.

Je me cache derrière un masque joyeux comme si tout allait bien...

je ne sais pas trop pourquoi j'écris ce texte. En 6 ans je n'en ai jamais parlé ni même écrit.

Peut-être est-ce un appel à l'aide? Peut-être juste une envie de dire ce que je ressens au fond de moi? Peut-être, te dire que tu étais "con" de faire ça?

Peut-être pour dire que finalement tu n'étais peut-être pas si "con" que ça?

Je ne sais pas exactement mais je sais que ça me fait du bien.

Ce que je peux te dire (même si j'ai peur que tu ne m'entendras pas) c'est que tu étais une personne très importante pour moi même si maintenant je dois en parler au passé.

j'aurais aimé en parler au présent et même au futur, mais c'est impossible.

Destinée? Fatalité ? Je ne pense pas juste un acte de détresse... juste l'acte de trop qui au final ta peut-être délivrée.

Je t'adore ma chérie et tu resteras toujours dans mon coeur comme une précieuse amie.

 

*** de moi, de ton "m'chou" alias Éric***

 

(À Melissa 1986-2003)


02:17 Publié dans Amour | Commentaires (0) | Tags : tristesse, amour, suicide, amie, mort