05/09/2006

A l'écoute d'un Ange

 

Dans ma tête une constellation d'étoiles a explosé
Quand m'embrasser avec grâce m'a demandé une fée.
A cet instant s'est arrêté de cette demande très osée
Mon cœur blessé du départ de mon amie bien aimée.

Ce baiser surprenant, subtil, gracieusement demandé
Arrêtant un instant le temps m'ayant plus que perturbé.
Me ramenant dans ma jeunesse où je ne savais pas oser
Dire ou acter mes sentiments à la femme que j'aimais.

Ai-je rêvé de ce joli baiser qu'une fée m'a demandé ?
Baiser que mon premier amour avait tant recherché
N'ayant jamais par peur osé demander ou lui voler
A cette femme qui m'interpelait au-delà de sa beauté.

Pourtant de ce baiser velouté ma tête n'a pas tourné
Calmant mon cœur trouvant enfin ce qu'il cherchait.
Je savais que de là-haut mon amie me surprendrait
En fin de vie m'ayant visité m'avertissant de ce fait.

Ce qu'ensemble m'a-t-elle dit nous n'avions pas osé,
Une fée que tu connais viendra un jour te le proposer.
Ose avec elle ce qu'avec moi par peur tu n'as pas fait,
Tu rétabliras ta destinée et moi un repos bien mérité.

La raison humaine doute de l'âme et de sa destinée
Toi-même mon ami de mes sentiments trop tu as douté
Pour toute ta vie en être perturbé et parfois t'égarer
Même si avec courage tu as su faire face à l'adversité.

Pourtant le doute que tu as eu du destin t'a été pardonné
T'offrant une bonne et douce compagne digne de ta destinée,
Comme pour moi un mari attentionné pour de toi me consoler
De l'abandon brutal torturant mon cœur qui t'était destiné.

Tu n'en as pas tenu compte et tu as continué à chercher
Un bonheur qui pourrait apaiser ton âme restée esseulée,
Risquant de damner celle-ci et d'oubli me perdre à jamais
Dans ces mouvances cycliques des vies qui sont d'éternité...

 

Ton impatience m'a fait souffrir et de ma vie bien l'écourter
Ne regrettant rien car tu m'as fait malgré tout bien évoluer
Par ta connaissance tu m'as beaucoup enseigné et rassuré
Retirant en moi cette peur de la mort si souvent réprouvée.

Tu m'as laissé partir à ma demande que tu n'as pas rejetée
Sachant que longtemps mon départ te ferait souvent pleurer.
Pleure mon ami, oui pleure cela te met sur la voie de la vérité
C'est ma façon pour te visiter connaissant bien ta sensibilité.

Ce n'est pas de la tristesse ni du chagrin pour toi tu le sais
Mais un moyen pour l'âme dans le corps de bien se purifier.
Etat nécessaire pour continuer l'œuvre que tu as commencée
Par une fée qui depuis longtemps j'ai obtenue à ta destinée.

Dans mon état mortel inconsciente de cette démarche j'étais,
Pourtant à plusieurs reprises de ce fait je t'en avais parlé.
Cela sortant de notre compréhension à nous deux il est vrai
Maintenant la connaissance j'ai de par ma liberté retrouvée.

Elle sera celle qui te mènera auprès de moi dans les nuées
Sans à cause de toi mettre en péril d'autres âmes éprouvées.
Comme la prunelle de tes yeux prend soin de cette envoyée
Pour que ma prière quand tu m'as abandonnée soit exaucée.

J'ai obtenu mon ami qu'une vraie fée soit pour toi envoyée,
Depuis longtemps il a été permis à tes yeux de la contempler.
Mais de t'égarer dans tes voix cela ne t'a nullement empêché
Sans comprendre en fait que c'est elle dans ta tête te parlait.

Préférant de nouveau par doute chercher quoi je ne sais
Profitant bien souvent jouir de cette vie plutôt par excès.
Oui je te fais des reproches mon ami mais je dois t'éclairer
Afin que tu puisses de ton destin tracé ne plus t'en écarter.

Pour cela de cette rencontre avec cette fée j'ai précipité
Avant que tu prennes encore d'autres chemins détournés
Alimentant tes espoirs pour découvrir la paix recherchée
Te faisant oublier le comportement d'un homme insensé...

 

Je sais, en ce moment tu souffres de tes erreurs passées,
Mais cela t'ouvrira les yeux sur ton égarement passager.
Ta bonne volonté restera veine si tu n'arrives à remédier
A la grande cécité de ta raison face à la vie et ses réalités.

Car tout comme avec moi tu savais bien combien je t'aimais
La fuite par peur d'avouer tes purs sentiments as-tu préféré.
Depuis longtemps tu savais que vers toi elle est très attirée,
Mais ton cœur endurci par peur reste hermétiquement fermé.

Maintenant tu n'as plus d'excuse à poursuivre ta destinée,
Ayant osé te demander ce que je n'ai pas su bien exprimer.
Agis bien pour lui permettre de réparer ce que tu as cassé,
Ce rouage si subtil que le destin avait parfaitement minuté.

Si tu ne réponds pas à celle que je t'ai par amour envoyé,
Les souffrances et privations que jusque là tu t'es imposé
Ainsi que toutes recherches dans ce monde très dégénéré,
Pour rien cela ne t'aura servi si ce n'est qu'à recommencer.

Tu quitteras la terre dans l'ignorance et la peur redoutée,
Une errance perpétuelle dans l'échelle du temps d'éternité
T'emmenant par déraison au gré de tes souhaits contrefaits,
Pour me laisser orpheline de toi âme sœur tellement désirée.

Avec mes yeux qui ne sont plus charnels mais bien réalités
Je vois encore sur terre une âme fuyant la peur de la vérité,
Ame qui pourtant du premier regard avait su si bien adopter
A mon égard une belle attitude digne de ces preux chevaliers.

Avec force et amour les désirs très pieux de bien me protéger
Reconnaissant bien en moi cette petite fille aux origines innées.
Enfante dont l'âme dans ce monde mortel était très effrayée,
Me faisant espérer que de toi plus jamais je ne serais isolée.

Oui mon ami, oui je sais les souffrances par toi endurées,
Une enfance malheureuse et incomprise pour toi a été,
Créant une carapace d'homme fort confiant et bien posé,
Laissant à la porte de ton cœur celles essayant de le percer...

 

Mais connaissant la tendresse de ce cœur meurtri et pour moi destiné,
Toujours de me baigner dedans a été pour moi mon souhait recherché.
Mais toi en grandissant ce cœur de plus en plus tu en as fermé l'accés,
Me paralysant et faisant me comporter pour te provoquer sans succés.

Cette attitude t'a en réalité de moi plus éloigné maintenant je le sais.
En ce moment tu pleures mon ami comme aussi j'ai beaucoup pleuré,
Car tu te retrouves dans ma situation de jeunesse face à une vraie fée
Qui te fera souffrir de la même souffrance que toi-même m'a imposée.

Ne prends pas cela comme une vengeance de ma part mon bien aimé,
Mais pour t'aider è effacer une erreur dans le parcours de ta destinée.
Cette fée est une âme sacrée qui est plus évoluée que nous dans la nuée,
Respecte et protége la bien car elle est plus fragile dans son état délégué.

Tu n'as plus l'excuse de la jeunesse mais une connaissance aisée
Que tu as maintenant pour faire sans aveuglement ce que tu sais,
Afin que je puisse de cette course folle de la vie enfin me reposer
Et jouir de ta présence pour ensemble comme un astre rayonner.

Comporte toi avec elle comme avec moi petite tu l'as si bien fait,
Sans faire l'erreur par peur de la femme que dans ta jeunesse j'étais.
Affronte ce que d'elle tu vas ressentir en laissant ton cœur se libérer
Pour réussir ton passage sur terre et laisser un vrai message de paix.

Les liens du sang sont importants pour l'humanité c'est vrai,
Mais assurément pas les mêmes liens pour les âmes cela n'est.
Chaque âme a la capacité pour retrouver son âme sœur incarnée
Malheureusement les désirs humains font des unions dégénérées.

Toi mon ami tu m'as reconnue avant d'être du désir prisonnier,
Cette puissance te possédant ôtant ta pureté, la peur t'a gagné,
Cette peur pourtant t'a permis de ta mémoire ne pas m'effacer
Et toujours souvent par erreur inlassablement me rechercher.

Ton comportement pour l'humain gênant et incompris il pourrait,
Supporte avec courage ces dérangements et ne sois pas courroucé,
Laissant tes apparences pour ce qu'elles sont, fausses à dire vrai
Pour laisser œuvrer dans ton cœur l'amour qui est ta nature vraie.

 

Oui, la nature de l'âme tire son origine de l'amour vrai tu sais ;
C'est ce mouvement dans le corps qui souvent au cœur est associé,
Faisant croire à l'humain que ses sentiments sont là bien placés,
Ne percevant pas ce mouvement qui comme le cœur est en activité.

Ce mouvement qui n'est pas le battement du cœur que l'on connaît
Se produit pourtant dans le corps en entier y étant bien dissocié.
Le cœur se calque sur ce mouvement régulier battant dans la durée
Irrigant aussi l'ensemble du corps pour le garder en bonne santé.

Toi mon ami ce mouvement subtil de l'âme en toi tu l'as trouvé,
Quand ton cœur et ta respiration consciemment tu as pu arrêter,
Ressentant bien ta peur mais moins grande que celle de me déclarer
Ton amour d'enfance perturbé par le désir de la femme que j'étais.

Tu as compris que dans cet état l'âme pouvait bien s'activer
Et se libérer du corps pour dans toute sa puissance rayonner.
Mais toi mon âme chéri tu n'as sur terre rien â démontrer
Si ce n'est que l'amour est le seul chemin vers la liberté.

Mais ne précipite pas ton départ de cet endroit où tu es basé
Forçant la destinée afin d'apaiser tes souffrances isolées.
Reste bien en place et sois toujours fort face à l'adversité,
Des larmes de joie de mon âme s'écouleront je te le promets.

Le cœur de mon âme exultera de voir sur terre scintiller
Celui qui pourtant parjure a toujours eu sur moi un attrait.
Le reconnaissant comme le pilier de mon éternelle destinée
Arrivant par amour pour moi à surmonter ses peines cachées.

Comprends mon ami que sur terre les difficultés acérées
Ne sont pas à l'arrivant au gré distribuées mais dotées,
Selon ses propres besoins à sa demande pour bien avancer,
Oubliant une fois incarné ce sur quoi il s'était engagé.

Dans ton état incarné, de l'échelle du temps tu as oublié
Ce pourquoi ensemble sur terre d'y venir avions nous opté.
Tu savais avec ces souffrances ce que tu allais supporter
Mais pour moi ce risque avec toi j'ai pris par fraternité...

 

Oui je t'assure mon ami de la vie pas tout tu ne connais,
Sur terre bien réelle mais grossière et éphémère elle est.
C'est pour nous faire prendre conscience de notre réalité
D'âmes éternelles ayant besoin pour évoluer de se purifier.

La raison humaine en contradiction d'avec ce qu'elle est,
Cherche à justifier sa présence dans cette vie effrénée,
Étouffant l'âme qui à sa source est une lumière innée,
Malheureuse dans son incapacité à produire ses effets.

Elle oublie son objectif sur cette terre quand elle y est,
Etouffée par la raison de ce corps qu'elle vient animer.
Elle si belle se ternit dans cette corruption indomptée,
Au point d'oublier sa vrai nature et sa raison d'exister.

N'oublie pas ce que je dis mon ami et reste bien éveillé.
Les désirs puisés de l'âme sont en fait habilement dévoyés,
Satisfaisant sur terre la raison qu'en tyran s'est imposée.
Jouant une simulation d'amour pour de l'âme se justifier.

Tu te rebelles à écrire ce que je viens de t'expliquer,
Te préoccupant plus de ce que les gens vont en penser.
Mais ce n'est pas pour eux mais pour toi que je le fais
Alors écris pour éviter dans quelques temps de l'oublier.

L'amour de la raison humaine est fait de désirs dénaturés,
Toujours purs à son commencement mais trop vite galvaudés
Par la jouissance qu'elle occasionne dans la vie en réalité,
Retirant à l'âme les effets de l'origine de son désir premier.

Ce que je ne comprends pas de toi mon ami très désiré,
C'est que tu as acquis durement la perception de ce fait,
Mais très vite tu l'oublies pour revenir dans des excès
Oubliant que tu es moins excusable que celui qui ne sait.

De mon vivant parmi vous je ne ressentais de toi ce fait.
Maintenant mon cœur vibre de douleur quand il a détecté
La naissance en toi de ce désir pur de ton âme évoluée,
Finissant dans la recherche d'une jouissance insensée...

 

Comme pour une drogue tu te promets d'arrêter d'y toucher,
Après une dernière fois avec satisfaction bien consommée.
Tu sais que jamais si tu ne te décides tu ne pourras y arriver,
Comme pour me déclarer tes sentiments tu as toujours repoussé.

Toi qui as cette connaissance tu dois par amour t'y conformer
Pour que tous les êtres qui t'aiment puissent en bénéficier,
Telle à une source vive l'envie de joie venir si abreuver
Pour alimenter en énergie leur âme en grande difficulté.

Oublie les désirs superflus de ton corps périssable qu'il est,
Laissant ceux purs de l'âme qui ne demandent qu'à s'exprimer,
Pour permettre à l'amour en toi de produire tous ses effets,
Pouvant te réjouir d'avoir réussi, là où je suis à me combler.

Mais tout cela mon ami si tu veux pour ta mie y arriver,
Affronter tu dois ce qui te perturbe depuis tant d'années,
Oser ouvrir ton cœur à cette fée pour toi venue tout exprès
Ne craignant rien d'elle ne cherchant pas à se faire courtiser.

Ayant osé te faire ami adoré ce que moi-même je n'ai pas osé,
Tu ne dois plus avoir de craintes d'ouvertement lui parler.
Parler du contenu de ce cœur qui pour moi est resté fermé,
Me privant sur terre d'un trésor pourvu dans ma destinée.

Quand cette démarche avec elle avec courage tu auras osé,
Surpris seras-tu découvrant les effets que cela lui fait.
Son comportement ne sera pas celui d'une femme courtisée,
Mais t'amènera avec grâce à faire de toi un homme entier.

Personne de ton comportement ne sera déçu je te le promets,
Chose que tu doutes et qui est dû au début de ta vie passée.
Pouvant enfin te consacrer le restant de cette vie à méditer
Au bien fondé du désir de venir sur terre et de s'y retrouver.

Arrête pour l'instant cette prose car tu as bien travaillé,
Cela calmant tes souffrances que mon départ en toi a réveillées.
Fais donc une pose sans oublier ce que je t'ai bien conseillé,
Et confiant en moi attend que je vienne à nouveau te visiter.

 

                                                                               Fin….

 

****Pierre Legouix ****

00:46 Publié dans Amour | Commentaires (2) | Tags : amour, texte, ange

Commentaires

Bonsoir,

C'est la surprise qui m'a donné envie de vous laisser uni commentaire ! En effet, je suis l'auteur de ce très long poème et je ne peux qu'être flatté qu'il vous ai plu pour le mettre sur votre page.
en fait je suis un curieux et j'ose vous poser la question suivante : qu'est-ce qui vous a donné envie de mettre ce poème sur votre site ?
Dans l'espoir d'une réponse, acceptez mes salutations
Pierre Legouix

Écrit par : Legouix Pierre | 16/07/2012

Répondre à ce commentaire

Hello je me suis permis de vous l'emprunter et bien sur de laisser votre signature car je le trouve très jolie je viens de le relire car je vous avouerais depuis le temps qu'il est sur ce blog je l'avais un peu oublier. car pour l'instant je ne travail plus sur ce blog depuis quelques années...
je me souviens que ce poème me rappelait certaines choses de ma vie... et puis il est tout simplement beau donc pourquoi ne pas le partager tout simplement.

merci de votre commentaire

Écrit par : le proprio du blog | 16/07/2012

Écrire un commentaire